Une place

Série disponible à la vente ou pour exposition

J’ai découvert « Maison Emmanuel » lors d’un voyage au Québec en 2007. A 100 km au nord de Montréal, la communauté de Maison Emmanuel prend place dans un paysage de lacs et de forêts. Y vivent des adolescents et des adultes ayant des handicaps mentaux et/ou physiques encadrés par des familles et des personnes qui ont souhaité vivre pendant une période donnée avec eux. Beaucoup de nationalités s’y côtoient, leurs langues communes étant l’anglais et le français. Les « villageois », nom donné aux personnes nécessitant un accompagnement et des soins particuliers, sont les résidents permanents de Maison Emmanuel. Des amis, un couple franco-belge, Simon Gaboriau et Rose-Anne Ramakers, s’y sont rencontrés et y ont vécu de 2004 à 2009. Ils étaient de ceux qu’on appèlent là-bas des coworkers (collègues). Ce terme désignant les encadrants, a toujours résonné en moi dans sa traduction littérale de « travailleur avec ».

Après avoir longtemps parlé avec eux de ce lieu qui offre une place à ceux qui n’en n’ont pas, j’ai décidé d’aller à sa rencontre en 2007. Suite de nombreux passages à la communauté, je fais le choix de m’y installer pour réaliser un reportage de novembre à décembre, tout en participant aux activités de la communauté afin de vivre l’expérience en son sein. Saisi dès les premiers instants par l’ambiance et la dynamique de cette communauté singulière, j’ai souhaité exprimer dans ce projet la preuve d’une alternative aux soins médicaux et institutionnels. Ce travail photographique témoigne qu’il est possible pour ces personnes, en dépit de nos modèles sociétaux actuels, de trouver un équilibre de vie, un milieu pour s’épanouir et une place dans la société.

CW