Carnet de route

Carnet de route

Made In Japan

Novembre 2004

Série d’Ecktachromes présentés à la Maison Européenne de la Photographie pour le Forum Asia Europ Fundation en 2005.

L’ensemble Japan Network, extrait de la série Made in Japan, s’intéresse aux rapports sociaux entre les individus de la société tokyoïte contemporaine.

Invité par des amis réalisateurs japonnais à l’automne 2004, j’ai été rapidement saisi par les codes profonds qui régissent les gestes et les actions sociales des japonnais. Ces deux amis m’ont aidé, autant en tant que guides, que comme bienveillants interprètes tout au long de ce périple.

Une métaphore illustre parfaitement un point central de mon étude et agit comme un fil rouge tissé entre les différents tableaux qui composent la série : celle de la toile que tisse l’araignée sacrée de temples Shintoïstes.

Les japonnais apparaissent protégés par la toile, comme dans un cocon rassurant. Ils demeurent liés par les fils qui la composent et qu’ils produisent ensemble. Ainsi sont-ils liés par cet édifice social, à la fois forteresse et prison invisible.

Première exposition pour l’Asia Europ Fundation en 2005.

L'appel du lièvre

Juillet 2010

Collectif In Visu

L’histoire me rattrape à bord d’un pick-up vers une destination espérée. Juillet 2010, j’empreinte La route des Baleines qui longe la baie du Saint-Laurent vers le nord. Je veux rejoindre L’archipel des Îles Mingan pour voir les monolithes, curiosités géologiques aux pieds fragiles. Une brève rencontre avec un lièvre provocant, et mon chemin se mue en désert de solitude. Le temps s’étire, et mes yeux s’abîment, rivés sur l’asphalte, hypnotisé par les lignes qui s’allongent devant moi.

Au delà des limites de ce fil tracé par l’homme, la force inouïe de la nature qui m’encercle m’apparait comme une évidence, une vérité bouleversante.

L’appel du lièvre, dont le titre aurait pu être Nature Noire, tant cette teinte imprègne les photographies. L’appel du lièvre est une série composée de tableaux qui illustrent un parcours introspectif le long d’une route bordée d’une nature sombre et puissante.

Loin d'Ici – The Storm River's Motel

Juillet 2010

L’appel du lièvre Un matin de juin, j’emprunte la route des baleines qui longe la baie du Saint-Laurent vers le Nord-Est canadien. Depuis quelques jours, je roule au volant d’un pick-up que m’a prêté une amie, une vieille bagnole mangée par la rouille. Je suis parti retrouver des chimères aperçues sur une brochure touristique dans une auberge de Gaspésie plusieurs années auparavant. L’archipel des Îles Mingan est habité de géants massifs aux pieds fragiles, des curiosités géologiques sculptées par le temps. Une brève rencontre avec un lièvre sur la fameuse Route des Baleines, et mon chemin se mue en désert de solitude. Derrière les vitres devenues opaques, ternies par la poussière et les insectes écrasés, se dévoile une route austère et isolée. C’est un fil tissé par l’homme, une voie taillée pour rejoindre les mines d’aluminium, ce minerais noir et argenté qui emplit l’air et teinte le sable et les poumons. C’est un itinéraire de chasseurs saisonniers, armés de fusils, qui décorent leurs véhicules de carcasses encore chaudes, et font des trophées de cadavres d’animaux immenses et majestueux. Près d’un lac brumeux, des ours pendent accrochés à une branche la tête en bas et se vident de leur sang dans la fumée d’un bivouac. Il faut se rendre plus près du bord pour oublier les hommes et saisir le calme apparent de ces grands espaces indomptés.

Quelques jours de plus, et le temps s’étire avec la route. Mes yeux s’abiment, écorchés par  l’asphalte. Je navigue l’esprit détraqué, hypnotisé par les lignes qui s’allongent devant moi. De loin en loin, des bâtisses éparses témoignent de rares vies humaines. Vestiges ou refuges, elles demeurent liées par des câbles qui les rattachent au monde civilisé. Les pensées troubles, je descends de voiture pour reposer mes sens. Oppressé par un grondement puissant et incessant, je quitte la route et pars à pied suivre le cours de la rivière et le vacarme sourd et persistant de sa chute. La force inouïe qui me fait face tord le bois comme de la guimauve. Cette nature se révèle devant moi, formidable, puissante ; sauvage. Égaré, étourdi, je rattrape le fil qui me lie aux miens. Il est temps pour moi de rejoindre la route.

Stenopes

Sténopés

2011 - 2021

J’ai commencé à travailler la «  technique » du stenope en 2011. L’aspect rugueux et noir blanc « classique » du sténopé noir et blanc ne m’intéressait pas, et je suis tout de suite passé à la couleur. J’ai immédiatement été attiré par l’aspect « brut » et aléatoire du procédé. Au départ, c’est une forme basique. Une pair de ciseaux, une aiguille, une boite noire et quelque chose pour capter la lumière : l’enregistrement du miroitement  … et puis c’est l’expérimentation : j’utilise dès lors toute sorte de supports dans de nombreuses boites : appareils bricolés, compacts, chambres photographique. Le mode opératoire déterminait en partie la forme.

Le temps et l’environnement marquent alors la majorité de mes épreuves : toute sorte d’anomalies et d’irrégularités marquent mes épreuves : pétouilles, eau de pluie, embruns, taches de sel, de sable ou de salive s’impriment sur mes épreuves.  Ensuite, ce sont les aiguilles qui focalisent mon attention : la fabrique du trou, de la fenêtre lumineuse s’est imposée. Je pouvais à nouveau classer les épreuves par aiguilles comme celles réalisées avec des aiguilles de cactus en Argentine en 2012

 

Très vite, la possibilité de multiplier les expositions simultanées en pratiquant plusieurs trous est apparue comme une évidence. La possibilité d’enregistrer plusieurs « présents » simultanément devient une obsession : la stéréoscopie désynchronisée sera mon mantra : en 2014, je débute la série « Echo », un ensemble d’épreuves pour lesquelles je concentre mon attention sur l’onde, sur la propagation et l’empreinte des événements.

Je ne sais pas trop quand tout ça a commencé, mais je suis attiré par l’entité Temps. C’est une fascination. En travaillant à la séquence photographique, tentative de définition par découpage aussi jouissive que frustrante, je trouve le moyen de produire des (très) courts films en stop-motion avec mes  « systèmes optiques ». De nouveaux « presque présent » apparaissent alors sur mes écrans, et j’aime ça.

Il y a la terre, la matière source, il y a le feu qui impacte tout, et il y a le temps autorise le mouvement. La vie apparaît, elle est jeune, foisonnante et frénétique. Le soleil insole tout ça, il agit comme un catalyseur, un révélateur.

Aujourd’hui, l’idée que j’enregistre une empreinte, celle de la lumière lorsqu’il n’y a plus de filtre entre elle et la surface sensible me séduit toujours : la lumière se glisse à travers un trou et frappe mes épreuves comme elle frappe ma rétine. Paf. Quelque chose se met en mouvement : j’en garde précieusement les traces.

Lieux en tension

Lieux en tension

Citation ou titre

aZQFESJWVHYU0C 0CBVSJSKIZODJNCFJOSODNS?EKOFIKCNSBKJBKjnjkqsndjkeuiheisuhgozrbgqroejgzoregoiejgoziejfoeszrjnfzro   hnfezphgiezjgfipzejfpiqejfip eaqjfipejkfiejfiezjfpiejkpizejkp ifjzekpifezipfjiepzjfkpiezkfjizejkfpizejkfpiezozekfpezjq

Doggy bag

Doggy bag,

photographies sous le manteau

« La photographie, c’est un art charmant et abominable. »

Julien Duvivier, cinéaste célèbre pour sa noirceur et son pessimisme … selon Wikipédia

Doggy Bag est une série Légère, un ensemble de scénettes que je glane le long du parcours. Elles m’ouvrent l’appétit, comme des fruits mûrs croisés au bord du chemin, des plats chauds à emporter.

Série débutée lors du précédent millénaire.